Kesako?

be-mobile-with-your-sakosaka

En tant que coach déco, je travaille beaucoup le relooking, la récup’, le système D… Transformer les choses c’est un peu une seconde nature. Allier le beau, au pratique pour un quotidien épanouissant c’est mon job et en toute logique je gère ma petite entreprise avec autant de créativité. Au fil du temps, j’ai mis en pratique beaucoup d’astuces pour donner une seconde vie à la multitude d’échantillons que J’utilise. Mais force est de constater que malgré tout j’ai accumulé ces 5 dernières quantité de matériel qui malgré moi n’est plus utilisable en déco et que faire qui soit à la hauteur de la qualité de ce matériel ???

J’étais dans cette réflexion quand début 2016, mise en route de la comptabilité oblige, je jette un œil dépité sur mes classeurs… Vous savez les noirs bizarres, qui coûtent trois fois rien car chaque fin d’année on les archive. Les « tout moches », ceux qu’à 15 ans on customisait avec des publicités de parfums… Ceux qu’on promène pour faire l’administratif dans le salon, sur un coin de table dans l’atelier, chez le comptable… Bref ce truc moche qui pourrait devenir désuet à l’heure de l’informatisation outrancière mais qui est si tenace dans nos entreprises, administrations, bureaux, écoles…

Et voilà que tout à coup, avec tout le tissu qui est là, je me dis qu’on ferait bien quelque chose pour embellir tout ça… Quelque chose de beau et pratique mais aussi réutilisable hein, parce qu’il ne faut pas abuser on n’a pas que ça à faire ! Je commencerai donc pas un système de chemise. Très classe, on pourrait croire à un sac, qu’à cela ne tienne je lui ajoute des bretelles pour le côté pratique.

J’étais à peine à me complaire de satisfaction que passaient par là, Noriah, ma fille 10 ans… Utilisatrice de classeurs aussi, plus jolis notez. Enthousiaste devant ce qu’elle pense être une babiole à son attention, elle me fait de suite une liste d’améliorations techniques.

Entre temps, Sarah, mon aînée, 15 ans, pleine de flegme regardait l’évolution de la chose d’un œil (très) critique jusqu’au jour où elle décréta que c’était bon mais que dirait-elle aux copines ? Qu’à cela ne tienne, Noriah avait bien avancé sur le sujet ! Sac à ??? Pour filles ? Mais pas que ! Sac oh ?! SakoSaka était né, et moi, maman j’étais priée de jouer les petites mains…

Persuadée de l’intérêt du produit, j’ai joué le jeu…

Aujourd’hui nous vous proposons des Sakosaka, 100% belge, 100% unique, 100% style pour transporter vos classeurs easy!

Enregistrer